News; New Balance 670 Chaussures Homme Noir Blanc

Published: mardi 27 mai 2014


Gros New Balance 670 Chaussures Homme Noir BlancTenue et verbalisation chez le psy Voilà, en gros je me demande si je suis la seule qui va aussi loin avec son psy. Hstoire de savoir si je déraille ou si c'est pas grave, voire normal. Ca fait bientôt neuf ans que je vais voir des psys. En moeyenne je reste chez chacun deux ans. Et je me rends compte que mon rapport au psy au début et maintenant n'est plus du tout le même. Au début, j'étais assez réservée, soumise, New Balance 670 Chaussures n'osais pas contredire. Maintenant, je dis franchement ce que je pense, que je suis pas d'accord avec certains trucs, que son comportement me plait ou pas, les trucs qui clochent dans la façon de faire. Des fois, j'y vais pas par quatre chemins. De plus, dans ce que je raconte, j'ose plus utiliser des termes qui pourraient choquer qqn si je les employait dans la rue et dans l'intimité avec le psy je me lâche total. Pareil, si j'ai besoin d'aller aux toilettes je demande, si j'ai oublié mon chéquier je le signale sans problème, si j'ai besoi d'un coussin je me sers sans demander, si j'ia envie de m'assoier en taillleur sur mon siège, j'enlève mes chaussures et je me mets à l'aise cach. EN fait, je fais des choses que je m'autoriserait chez moi mais même pas chez les autres (amis.).



Ca fait bientôt neuf ans que je vais voir des psys. En moeyenne je reste chez chacun deux ans. Et je me rends compte que mon rapport au psy au début et maintenant n'est plus du tout le même. Au début, j'étais assez réservée, soumise, n'osais pas contredire. Maintenant, je dis franchement ce que je pense, que je suis pas d'accord avec certains trucs, que son comportement me plait ou pas, les trucs qui clochent dans la façon de faire. Des fois, j'y vais pas par quatre chemins. De plus, dans ce que je raconte, j'ose plus utiliser des termes qui pourraient choquer qqn si je les employait new balance pas cher dans la rue et dans l'intimité avec le psy je me lâche total. Pareil, si j'ai besoin d'aller aux toilettes je demande, si j'ai oublié mon chéquier je le signale sans problème, si j'ai besoi d'un coussin je me sers sans demander, si j'ia envie de m'assoier en taillleur sur mon siège, j'enlève mes chaussures et je me mets à l'aise cach. EN fait, je fais des choses que je m'autoriserait chez moi mais même pas chez les autres (amis.). En fait c'est une moyenne. Ma première psy était psychiatre. Elle m'a suivie moins d'un an et était mauvais et incompétente. La seconde était aussi psychiatre et m'a suivie sur une période globale de trois années mais j'étais sur Paris pendant neuf au cours de ces trois années et à ce moment là c'était une autre qui me suivait. J'ai arrêté avec elle parce qu'elle l'a décidé au moment où je n'ai plus eu besoin de médocs. Pendant que je voyais cette psychiatre, je voyais une psychologue aussi (vers la fin) et on a continué un bout de chemin ensemble après mon arrêt avec la psychiatre. J'ai arrêté avec elle parce que je ne voulais plus être suivie en milieu hospitalier. Ensuite j'ai vu une gestalt thérapeute pendant trois ans environs avec des coupures (finances, déplacements.). ON a arrêté car j'avais fait le tour avec cette technique, j'avais envie de poursuivre plus loin dans les profondeurs, faire une analyse. Et parce qu'elle avait évoué dans son comportement et certaines choses ne me convenaient plus (du genre afficher ces convictions religieuses en image dans son bureau.). C'est avec elle que j'ai appris le lacher prise et le décontract (enlever ses chaussures était obligatoire). Je pouvais m'assoir où je voulais ou me coucher, faire ce que je veux.



J'ai misplus de deux ans pour arriver à le faire avec elle. Du coup quand j'ai commencé avec la nouvelle, y'a deux ans, j'étais déjà dans le lacher prise et elle m'y a encouragée en plus. C'est pas zen comme chez l'autre mais elle m'a toujours laissé choisir mon fauteuil, m'a dit que si j'avais besoin de qqch y'avait pas de soucis (verre d'eau, mouchoirs, toilettes, bonbons, couverture, coussin.). Du coup, on prend ces aises. C'est pas une calculé, c'est juste ben que je me sens bien. Je suis toujours respectueuse quand même. Non, je ne pense pas que ce soit agressif. J'ai aucune agressivité contre elle. Et quand je lui dit que je suis pas d'accord ou que des choses me dérangent, c'est parce qu'elle a instauré ce climat où on échange sur une même longueur d'onde et même hauteur. Hier, elle m'a dit qu'elle ne savait pas, pour un truc. Va trouver un psy qui ose dire qu'il ne sait pas. Mais je tiens compte de ton avis pour ma réflexion. Ma première psy était psychiatre. Elle m'a suivie moins d'un an et était mauvais et incompétente. La seconde était aussi psychiatre et m'a suivie sur une période globale de trois années mais j'étais sur Paris pendant neuf au cours de ces trois années et à ce moment là c'était une autre qui me suivait. J'ai arrêté avec elle parce qu'elle l'a décidé au moment où je n'ai plus eu besoin de médocs. Pendant que je voyais cette psychiatre, je voyais une psychologue aussi (vers la fin) et on a continué un bout de chemin ensemble après mon arrêt avec la psychiatre. J'ai arrêté avec elle parce que je ne voulais plus être suivie en milieu hospitalier. Ensuite j'ai vu une gestalt thérapeute pendant trois ans environs avec des coupures (finances, déplacements.). ON a arrêté car j'avais fait le tour avec cette technique, j'avais envie de poursuivre plus loin dans les profondeurs, faire une analyse. Et parce qu'elle avait évoué dans son comportement et certaines choses ne me convenaient plus (du genre afficher ces convictions religieuses en image dans son bureau.). C'est avec elle que j'ai appris le lacher prise et le décontract (enlever ses chaussures était obligatoire). Je pouvais m'assoir où je voulais ou me coucher, faire ce que je veux. J'ai misplus de deux ans pour arriver à le faire avec elle. Du coup quand j'ai commencé avec la nouvelle, y'a deux ans, j'étais déjà dans le lacher prise et elle m'y a encouragée en plus. C'est pas zen comme chez l'autre mais elle m'a toujours laissé choisir mon fauteuil, m'a dit que si j'avais besoin de qqch y'avait pas de soucis (verre d'eau, mouchoirs, toilettes, bonbons, couverture, coussin.). Du coup, on prend ces aises.

retour