News; Gros New Balance 670 Chaussures Homme Noir Blanc

Published: lundi 01 septembre 2014


Gros New Balance 670 Chaussures Homme Noir BlancMOI COMMENT TU TE COIFFES Apparue dans les années 60 avec les mouvements contestataires pour les droits civiques des Noirs, la coupe afro marque la naissance d'une véritable conscience politique. Prônée à l'origine par les leaders des Blacks Panthers (cheveux crépus = véritable identité noire), la coupe afro fut ensuite l'apanage d'artistes engagés, comme Sly Family Stone et, surtout, James Brown New Balance 670 (I'm black and I'm proud). Popularisée à l'ère du disco par les Jackson Five (que l'on confondait souvent avec leurs micros), l'afro a encore aujourd'hui ses adeptes.



Crâne rasé sur les côtés et cheveux en gratteciel sur le haut de la tête, cette coupe symbolise l'apparition de nouveaux codes vestimentaires et musicaux prônés par Afrika Bambaataa et sa Zoulou Nation. Adoptée par De La Soul, Fresh Prince Jazzy Jeff et, surtout, le duo comicohip hop Kid n'Play, elle est une composante essentielle de l'attitude BBoy, au même titre que le survêtement Adidas et les baskets sans lacets. Joey Starr l'a remise au goût du jour en France avant qu'elle ne disparaisse, son caractère compact étant trop handicapant pour danser le break dance sur la tête. CRNE RAS Conscient de perdre de plus en plus ses cheveux sur les parquets, Michaël Jordan décide de se raser la tête. Nouvelle idole des banlieues, le numéro 23 des Bulls provoque une révolution capillaire au sein de la diaspora noire du monde entier. Adoptée par les cailleras, les habitués New Balance Chaussures Homme des playgrounds, les videurs de boîtes, les détenus, elle révèle la face bad boy de la force. Véhiculant des clichés tenaces (dread = reggae = fumeur de joints = bon à rien), elle est, depuis, rentrée dans les murs des Africains de Barbès comme des bourgeois cool. A l'origine partie de la philosophie du rastafarisme (où se coiffer allait à l'encontre de l'idée de communion avec la nature), les dreadlocks symbolisent aujourd'hui la sagesse et surtout la patience de ceux qui la portent. Alors que les mâles noirs luttaient pour la reconnaissance de leurs droits et de leur identité, les femmes reprenaient à leur compte la coupe afro, symbole de leurs revendications féministes. Fièrement arborée par la plantureuse Pam Grier dans le cultissime Foxy Brown et la libérée Diana Ross période Upside Down, cette coupe incarnera ensuite le sex appeal ravageur de Donna Summer, icône sexuelle et musicale pour plusieurs générations d'amateurs de black music. Le caractère douloureux de l'opération, et surtout les séquelles irréparables pour le cuir chevelu (dues à la surdose d'ammoniac), ont peu à peu laissé la place aux perruques. Vrai ou faux, qu'importe: grâce au tissage, la fashionvictim noire peut enfin affirmer à haute voix son désir L'Oréal parce qu'après tout, elle aussi le vaut bien. Avantage: pouvoir changer de longueur de cheveux et de style voire de couleur comme on change de chaussures. A noter qu'une tendance crâne rasé a même envahit les podiums avec la top model Alek Wek, reflet d'un retour aux racines africaines où, dans certaines ethnies, porter le cheveu ras reste un des canons de la beauté féminine.

retour