News; New Balance 996 Chaussures Homme Noir Bleu Gris En Soldes

Published: lundi 28 avril 2014


New Balance 996 Chaussures Homme Noir Bleu Gris En SoldesParalympiques du 10 au 19 mars FLORIET, LE DPASSEMENT DE SOIPar Sophie DORGAN Double médaillée d'argent aux Jeux de Nagano et de Salt Lake City en biathlon, Anne Floriet a été désignée capitaine et portedrapeau de l'équipe de France à Turin. Battante et joviale, la biathlète et fondeuse ne baisse jamais les bras. Dépasser ses limites se transforme en philosophie de vie pour cette maman musicothérapeuthe. C'était l'envie de suivre tout le monde, ne pas être derrière. J'ai commencé la natation dans un club à quatre ans et je n'ai jamais arrêté. J'ai toujours voulu tout faire, je n'ai jamais accepté qu'on me dise "ça tu ne peux pas le faire". J'ai donc fait plein de choses, de la marche, de l'équitation, de l'escalade. J'ai une maladie de croissance, mon handicap s'est amplifié au fur et à mesure de ma croissance. Au début, je n'avais pas de différence entre les deux jambes, puis un petit centimètre. Maintenant, j'arrive à plus de 20 centimètres d'écart entre mes deux jambes malgré des opérations, des élongations. Avec mes grosses chaussures orthopédiques, j'ai fait du ski alpin. C'était un peu du ski sur un pied. A 11 ans, j'ai eu ma première prothèse et là, j'ai commencé à faire du ski de fond. J'ai tout de suite accroché parce que cela représentait la nature, la liberté, ce n'est pas toute la lourdeur de la structure du ski alpin. J'avais presque 30 ans quand j'ai eu un pied bionique, en carbone, et je me suis rendue compte que j'avais de super sensations en patins à roulettes. Je me suis dit : "il faut que j'essaie le skating". New Balance Shop J'avais essayé avant, mais cela ne marchait pas avec la prothèse en mousse et bois de la Sécu. La Sécu a évolué, elle nous paie maintenant les prothèses en carbone, les premières je les ai toutes payées. A l'époque, c'était un coût entre 8000 et 15000 francs. Et comment est arrivée la compétition ? J'ai démarré en natation les compétitions, je suis venue au handisport par la natation. Avant je ne supportais pas l'étiquette "handi". Je faisais tout pour être au niveau, il n'y avait pas de raison pour que j'aille quelque part où il y avait une étiquette de "différent". Avec Grenoble en natation, nous avons battu le record de France en relais, c'est la fondation de mon esprit de compétition. Vous avez toujours voulu dépasser vos limites, c'est exactement la définition du sportif de haut niveau ?



Je ne pense pas qu'il y ait de différence à ce niveau. J'ai une démarche personnelle dans la globalité de ma vie qui va avec ma démarche de sportive de haut niveau. Je ne conçois pas le quotidien sans être vraiment en forme. New Balance 996 J'ai eu deux grossesses et à chaque fois, je me suis sentie trop handicapée, j'ai commencé à découvrir que j'étais limitée là, puis là. Depuis toute petite, j'ai toujours cette démarche de ne jamais dire "non, je ne peux pas", mais "si je peux" et je m'en suis toujours donnée les moyens matériel ou physique. Avec cette démarche, je pense que j'ai une attitude de haut niveau dans mon quotidien. Je suis vraiment très mal quand je ne suis pas dans cette logique. Dans une course quand on est vraiment bien, quand on a tous ses moyens physique et mental, le cerveau qui semble aller au ralenti parce qu'on a une sorte de clairvoyance sur son schéma corporel, comment on pose le ski, comment on glisse, toutes ces sensations qui deviennent hyper précises, c'est merveilleux. Vous possédez un mental d'exception. D'où tirezvous cette force ? J'ai fait beaucoup de gymnastique basée sur la relaxation dans le but de gérer mes douleurs lors des opérations.



J'ai surtout subi une opération à neuf ans où on m'a fait une élongation du tibia, c'est hyper douloureux : deux mois à l'hôpital, deux mois au lit, un mois de plâtre. Je pense que cela a été énorme ce que j'ai appris. Ne seraitce que pour apprendre qu'on n'attend pas que le temps passe, on profite du moment. J'intellectualise un peu aujourd'hui, mais je pense que c'est ce qui me permet de ne pas bouger quand je dois appuyer sur la détente au tir. C'est pour cela que j'ai la même démarche dans la vie et dans le sport. Comment arrivezvous à concilier l'entraînement, le travail et les enfants ? Je cours au boulot, je cours chercher mes enfants, je cours m'entraîner. Mon entraînement, cela dépend des périodes. Par exemple le mercredi, je ne peux pas m'entraîner, je cale ma semaine làdessus. J'utilise tous les instants que j'ai à fond. Mais je m'entraîne beaucoup moins qu'avant, parce que j'ai moins de temps. Mais je pense que je suis de plus en plus efficace dans ma façon de m'entraîner. Vous n'avez pas de programme précis ? Non, c'est par période, une pour le foncier, une autre pour la vitesse. Quand on rentre dans l'hiver, l'entraînement tourne autour des courses le weekend, tout est calqué autour d'une course par weekend. Vous avez déjà deux médailles d'argent en biathlon aux Jeux de Nagano et de Salt Lake City, vous visez l'or à Turin ? Ce n'est pas tellement ça. Ce seront les premiers Jeux où je serai vraiment dans le coup sur toutes les courses en ski ou en biathlon. A Salt Lake City, j'étais bien sur le biathlon, derrière je n'avais pas la forme. Là, je me suis entraînée différemment, moins. Mais ce que j'ai vu en Coupe du monde, c'est que je suis dans la course, dans toutes les courses. Après les médailles. Etre dans la course, cela signifie se classer entre 1re et 8e. Pour moi, c'est beaucoup plus important d'être à une seconde de la première que troisième à deux minutes. Raphaël Poirée a été gêné par l'altitude. Estce que vous craignez cette donnée ? Cela ne me fait pas tellement peur. J'ai souvent l'impression que quand il y a une difficulté, je l'encaisse mieux que la moyenne. J'ai assez confiance en mon physique. Maintenant je peux me tromper, mais je pense que ce genre de difficultés vont plutôt jouer en ma faveur. La pression, vous ne connaissez pas ? Dans la mesure où j'ai cette démarche très profonde, je subis moins la pression. Cela a été tellement dur pour moi de m'entraîner en raison de mon travail, j'ai dû me battre. Je trouve cela tellement injuste de me battre pour aller aux Jeux alors que pour d'autres personnes, c'est un honneur et que tout le monde va se placer pour les aider.

retour